top of page

Ma chienne, ma fi-fille d’amour

C’était à Noël en 2007.

Avec mon copain, nous sommes partis à la montagne pour sentir la neige après le déjeuner.


Au retour, on s’est passé à la SPA, par hasard.

Quand on est entré, il y avait plus de cinquante grands chiens qui aboyaient.

J’ai vite vu une chienne un peu plus petite que les autres, elle était très calme, elle nous regardait.

Quand nous nous sommes déplacés vers l'accueil de la SPA, elle nous a suivi puis elle a sauté dans une niche. Je me suis approché de la niche, elle a sorti sa tête et m’a reniflé.

En Chine on entretient beaucoup de croyances au sujet des animaux.

Je l’ai reconnue tout de suite, c’était elle, mon animal-compagnon !


Chaque fois que je rentrais à la maison, elle m'accueillait en fête, balançant ses fesses de gauche à droite et me faisait plein de bisous.

On a passé beaucoup de temps ensemble dans les montagnes, dans les bois, sur les plages…

Je ne suis pas quelqu'un qui sort beaucoup surtout depuis que je suis en France.

La plupart du temps, je l'ai donc passé avec ma chienne.

Quand il m'est arrivé de me sentir faible ou en désarroi, elle était toujours là.

Je ne lui parlais pas vraiment mais je sentais son soutien par sa chaleur.


Nous nous sommes éloignés à la suite de la séparation avec mon copain.

Pourtant, à chaque fois qu'on se retrouvait, elle me reconnaissait tout de suite, avec la même énergie et la même gaieté.

Lorsqu'elle est morte, mon copain n’a pas récupéré ses cendres. Peut-être que c’était trop triste pour lui.


Alors doit-on seulement conserver les cendres de nos animaux de compagnie dans une boîte en carton ou sur une photo encadrée ?

Ce serait dommage, n'est-ce-pas !


ความคิดเห็น


bottom of page